Quatuor à cordes "Harmonieuses Dissonances"

Co-commande des Musicales de Colmar et du Volcan, scène nationale du Havre, avec le soutien de la Fondation Francis et Mica Salabert

Dédicace : à David Grimal, Hans-Peter Hofmann, David Gaillard, Xavier Phillips, Marc Coppey et Jean-François Driant

Nomenclature : 2 Violons, Alto & Violoncelle

Durée : 22' environ

Partition : Editions Durand

Si j’ai sous-titré ce quatuor Harmonieuses Dissonances, c’est bien sûr un jeu de mots à l'attention de ses premiers interprètes (le quatuor « Les Dissonances »), mais aussi l'énoncé de ce qui m'a finalement paru être l'enjeu même de la composition : partir de quelques motifs contrastés, dans des tempi différents et pouvant paraître d'abord aussi dissonants que divergents (à l'instar des personnes, des idées et des sentiments contradictoires auxquels la vie nous confronte), pour construire, en les agençant et en les enrichissant progressivement, une forme aussi équilibrée que possible et un sentiment d'harmonie nouvelle.

Une manière de symboliser la quête de sens qui nous anime.

 

La pièce est d'une durée d’environ vingt-deux minutes.

Tout s'enchaîne d'un seul tenant, et les différents mouvements sont même parfois entremêlés, même si ce qui tient lieu de premier mouvement (et que j'envisage même pouvoir être aussi joué de manière autonome comme "Quartettsatz") s’achève dans une mesure de silence. Cette mesure est strictement mesurée dans le tempo de ce qui suit et cet enchainement est important pour ne pas briser l’élan, d’autant plus que le mouvement plus vif qui advient, une sorte de scherzo en trois parties, provient d’une cellule déjà esquissée dans le premier mouvement, et que ce scherzo mute sans crier gare en un mouvement lent d'un lyrisme d'une intense mélancolie, avant de se ressaisir en un Allegro giocoso final qui reprend et synthétise, quoique sous une apparence encore nouvelle, différents formants des mouvements précédents.

L’imbrication de ces mouvements vise aussi (tout comme l’agencement progressif des motifs initiaux) à construire, à partir d’éléments contrastés, un seul et même objet.

Il n’y avait donc pas de formation plus appropriée que le quatuor à cordes pour incarner ce projet : composé de 4 individualités bien distinctes, mais fortement unifiées : tous instruments à cordes, et si merveilleusement réunis à l'écoute les uns des autres, pour faire "un bout de chemin" ensemble.

 

Merci infiniment au Volcan du Havre et aux Musicales de Colmar, co-commanditaires, de permettre à cette partition de prendre vie bientôt sous les archets de nos amis des Dissonances !

J'espère qu’au delà de ces quelques mots, la musique pourra toucher le public qu'elle va rencontrer grâce à eux.

Création : le 9 mai 2019 au festival Les Musicales de Colmar par le Quatuor Les Dissonances

puis dans la saisons 2019/20 au Volcan, scène nationale du Havre par le Quatuor Les Dissonances

Quatuor Les Dissonances.jpg