Ouverture philharmonique

Commande de l’Orchestre Philharmonique de Radio France et du Gürzenich Orchester Köln

Dédicace : avec toute ma gratitude à chacune et chacun des musicien(ne)s de l’Orchestre Philharmonique de Radio France et à MM. Mikko Franck et François-Xavier Roth

Effectif : pour grand orchestre

4 flûtes (1 en Ut, 2 en Ut et piccolo, 3 en Sol, 4 flûte-basse en Ut)

2 hautbois

1 cor anglais

4 clarinettes (1 & 2 en Si b, 3 en Si b et piccolo en Mi b, 4 clarinette-basse en Si b)

2 bassons

1 contrebasson

6 cors, les 3ème, 4ème, 5ème et 6ème cors jouant aussi les tuben

3 trompettes (1 en Ut, 2 Bugle, 3 en Ut et piccolo)

1 trompette-basse (généralement jouée par un tromboniste)

2 trombones ténors

1 trombone basse

1 tuba

1 timbalier

4 percussionnistes

1 harpe

1 clavier jouant piano & célesta

56 Cordes : 14 Violons I - 12 Violons II - 12 Alti - 10 Violoncelles - 8 Contrebasses
Les cordes très divisées sont numérotées des pupitres les plus proches à ceux les plus éloignés du chef, pour créer au départ une sensation de contagion depuis le fond de l’orchestre. 

La harpe sera avantageusement placée entre les violons aussi près du chef que possible.

Durée : 14 minutes environ

Création le 1er octobre 2021 à la Philharmonie de Paris par l’Orchestre Philharmonique de Radio France et Mikko Franck, diffusée en direct sur France Musique et Arte.tv.

La date de la création allemande, initialement programmée le 5 septembre 2021 à la Philharmonie de Cologne, reste à redéfinir par le Gürzenich Orchester Köln sous la direction de François-Xavier Roth.

Partition : publiée aux Editions Durand (Universal Music Publishing Classical) et disponible en location

Présentation de l’oeuvre sur le site des éditions Durand : https://www.durand-salabert-eschig.com/fr-FR/News/2021/02/montalbetti-ouverture-philharmonique.aspx 

Ouverture philharmonique pour grand orchestre est une co-commande de l’Orchestre Philharmonique de Radio France et du Gürzenich Orchester Köln. Elle a été créée à Paris sous la direction de Mikko Franck et le sera à Cologne sous celle de François-Xavier Roth.

L’invitation de Mikko Franck à composer une nouvelle pièce pour lui et pour les musiciens de l'Orchestre Philharmonique de Radio France m'a évidemment terriblement ému, après toutes les années si passionnantes et heureuses que j'ai eu la chance de vivre avec eux en tant que directeur artistique de l'orchestre de 1996 à 2014. Nous nous sommes assez spontanément accordés sur le principe que cette partition serait sans soliste, puisque l'invitation à l'écrire venait comme un cadeau de l'orchestre et de son chef auxquels je souhaitais à mon tour rendre hommage, et d'un format d’un maximum de 15 minutes permettant d'inscrire la création dans un programme d'abonnement que Mikko Franck avait déjà en tête. Je suis également très touché par l’accueil très chaleureux que François-Xavier Roth a fait à ce projet en y associant le Gürzenich Orchester de Cologne.

J’ai d’abord eu l’idée d’écrire un mini-concerto pour orchestre au caractère assez dramatique, presque un poème symphonique jouant de tout un ensemble de textures comme seul l’orchestre permet d’en développer. Et puis 2020 a été troublée par la pandémie et ce climat anxiogène auquel j'ai voulu échapper. Il me semblait que nous devions apporter autre chose au public. J'ai donc résolu de composer une pièce plus positive que je ne l'avais d'abord commencée. Non pas sans gravité, la pièce s'ouvrant dans un climat aux sentiments mélangés et s'achevant comme par élision avec un brin de nostalgie, mais conduite, je crois, plus joyeusement et avec optimisme. L'idée était en effet avant tout de remercier les musiciens avec une pièce qui célèbre la vie et nous aide à nous projeter vers l'avenir. J'ai donc préféré proposer ce petit voyage intérieur, à partager les uns avec les autres, en espérant que les musiciens auront plaisir à le jouer et nos auditeurs à l’écouter.

Après une introduction réunissant progressivement tous les pupitres de l'orchestre vers un même sentiment d’harmonie jusqu’à un La médian, la pièce joue de quelques motifs énoncés par les cordes, assez divisées, puis soutenues ou relayées par les vents, timbales et claviers, jusqu’à un premier accomplissement.

Alors, repartant d’un La bémol claironné comme un signal par le hautbois, les bois nous engagent avec entrain sur un nouveau chemin, la harpe puis les claviers y apportant leur contrepoint. La variété des articulations entre les différents instruments permet de construire le mouvement sur plusieurs plans. L'orchestration s'élargit progressivement jusqu'au tutti, et l'ensemble finit par cristalliser sur un petit choral, pris dans le son chaleureusement velouté des tuben que jouent les cornistes, mais sans s'épancher non plus excessivement. La pièce se referme alors comme par élision. 

Harmoniquement, la pièce concilie harmonie modale et sérialisme, en suivant un ensemble de modes et d’échelles harmoniques dont j’ai organisé l’usage au fur et à mesure de mes compositions.

Les variations thématiques reposent essentiellement sur les techniques héritées du contrepoint classique et du sérialisme, mais avec fantaisie.

Rythmiquement, je me suis efforcé dans cette pièce à une plus grande régularité de pulsation qu’à mon habitude, dans l’idée de construire un mouvement plus irrésistiblement porté vers l’avant.

« Ouverture philharmonique » (Philharmonic overture), for large orchestra is a co-commission of the Orchestre Philharmonique de Radio France and Gürzenich Orchester Köln. 

The premiere initially scheduled with Mikko Franck and Orchestre Philharmonique de Radio France on June 9, 2021 had to be postponed due to the sanitary constraints which did not allow to bring together all the required players on the stage in this program, but a new date will soon be defined in Paris, and the first performance is scheduled in Köln with François-Xavier Roth and the Gürzenich Orchester on September 5, 2021.

I am still so moved by Mikko Franck's invitation to compose a new piece for him and for the musicians of the Radio France Philharmonic Orchestra after all the so exciting and happy years that I was lucky to live with them as the Artistic director of the orchestra from 1996 to 2014. We quite spontaneously agreed on the principle that this score would be without a soloist, since the invitation to write it came as a gift from the orchestra and its chef to whom I also wanted to pay tribute, and a format of a maximum 15 minutes allowing to present it as part of a subscription program which Mikko Franck already had in mind. I am also very touched by the very warm welcome that François-Xavier Roth gave to this project, involving the Gürzenich Orchester in Köln.

I first had the idea to compose a rather dramatic mini-concerto for orchestra or symphonic poem playing with a whole set of textures that only a great orchestra can develop. And then 2020 was troubled by the pandemic and this anxiety-provoking climate that I wanted to escape. It seemed to me that we had to bring something else to the music lovers. So I resolved to compose a much more positive piece than I had first started. Not without gravity, the piece opening in an atmosphere of mixed feelings and ending as if by elision with a touch of nostalgia, but constructed, I think, more optimistically. The idea was above all to thank the musicians with a piece that celebrates life and helps us to project ourselves into the future. 

After an introduction progressively bringing together all the sections of the orchestra towards the same feeling of harmony and until the unison of a median A, the piece plays a few motifs expressed by the strings, quite divided, then sustained or relayed by winds, timpani and keyboards, until a first accomplishment.

Then, starting from an A flat trumpeted like a signal by the oboe, the woodwinds engage us with enthusiasm on a new path, the harp and keyboards providing their counterpoint. The variety of articulations between the different instruments allows the movement to be built on several levels. The orchestration gradually widens up to the tutti, and the whole ends up crystallizing on a small chorale, taken in the warmly velvety sound of the tuben played by the horn players, but modestly, as the piece ends as if by elision.

Harmonically, this music is based on a reconciliation between modal harmony and serialism, following a set of harmonic scales which I have organized as I go through my compositions.

The thematic variations are essentially based on techniques inherited from classical counterpoint and serialism, but with fantasy.

Rhythmically, I have used a more regular pulsation than I usually do, with the idea to build a movement that is more irresistibly progressing forward.

Orchestrally, I called on a fairly large number of players in order to have certain woodwinds by 4 (flutes and clarinets), others by 3 (with English horn and contrabassoon), as well as a brass ensemble comprising 1 trumpet, 1 bugle, 1 piccolo trumpet and 1 bass trumpet, 2 tenor trombones and 1 bass trombone, 1 tuba and 6 horns, the 3rd, 4th, 5th and 6th also playing the tuben. The harp will advantageously be placed between the violins as close as possible to the conductor. The piano / celesta and 4 percussionists surround the timpani. The much divided strings are numbered from the desks closest to those farthest from the conductor, initially creating a sensation of contagion starting from the back of the orchestra.

Enregistrement : la création a été diffusée en direct sur France Musique et en vidéo sur les sites d’Arte et de la Philharmonie de Paris. 

Video disponible sur le site d’Arte jusqu’au 30/09/2022 : https://www.arte.tv/fr/videos/104533-003-A/mikko-franck-dirige-debussy-montalbetti-et-ravel/ 

Mikko Franck
BA6957E9-6EBD-4BDB-B486-29DB97734E42_1_2
François-Xavier Roth.jpeg