Vaste champ temporel à vivre joyeusement pour orchestre ou pour ensemble instrumental

Nomenclature :

Version pour ensemble : Petite flûte – Grande flûte – Flûte basse – Hautbois – Cor anglais – Petite clarinette en mi b – Clarinette en la – Clarinette basse en si b – Basson – Contrebasson – 2 cors en fa – Harpe & Double quintette à cordes (2005, publiée aux Editions Durand, 2015)

Version pour orchestre : Petite flûte – Grande flûte – Flûte basse – Hautbois – Cor anglais – Petite clarinette en mi b – Clarinette en la – Clarinette basse en si b – Basson – Contrebasson – 2 cors en fa – Harpe & cordes (minimum 8.8.6.4.3) (2013, publiée aux Editions Durand, 2015)

 

Durée : 13’ environ

 

Partition : Partition et matériel disponibles en location aux Editions Durand (2015)

Partition consultable en ligne : https://issuu.com/durand.salabert.eschig/docs/montalbetti_vaste_champ

 

Vaste champ temporel à vivre joyeusement est dédié à mon épouse. La partition en un seul mouvement est comme une allégorie, un chant d’action de grâce. Il ne s’agit pas d’une musique à programme, mais de la traduction, en musique, du sentiment d’être chaque jour en présence de la femme aimée, comme devant un « vaste champ temporel à vivre joyeusement ». Cette expression représente donc notre vie, et la partition est une simple chose pour dire, non sans gravité et malgré nos tragédies, la grâce d’être vivants et capables d’amour.

​Commencée sur quelques accords dissonants, la pièce oppose un motif très lyrique aux cordes et un autre motif plus animé aux bois : qu'ils représentent des amants d'abord si différents l’un de l’autre et qui vont construire leur vie ensemble, ou bien les moments de mélancolie et les élans de vivacité avec lesquels il faut à chacun composer sa vie, ces motifs fusionnent très progressivement vers un même désir d’harmonie et d’éternité. 

J’ai eu une première idée de la pièce en 1992, peu après notre mariage. A l’époque, je n’avais écrit qu’une première section pour un plus petit ensemble, qui est devenue par la suite indépendante, sous le titre d’Allegro con moto.

La partition actuelle, quoique légèrement esquissée en 1993, n’a été composée que plus tard, entre 2000 et 2005, l’instrumentation ayant été élargie au fil des ans.

La pièce est initialement plutôt conçue pour ensemble, avec les bois par 2 ou 3, 2 cors, une harpe et dix cordes solistes.

J’ai étoffé les cordes dans une dernière révision en 2013 à la demande de Pascal Rophé, qui en a donné la création avec l’Orchestre National des Pays de la Loire à l’occasion de huit concerts en mars 2015.

La version originale pour ensemble a été créée en juillet 2015 par le Tokyo Sinfonietta et son directeur musical Yasuaki Ikatura au Bunka Kaikan recital hall de Tokyo au Japon.

Vaste champ temporel à vivre joyeusement is a 13 minutes work for small orchestra or instrumental ensemble. The two versions have both been first performed in 2015, by Pascal Rophé and his Orchestre National des Pays de la Loire on an 8 concerts tour, and in Japan by the Tokyo Sinfonietta and Yasuaki Itakura, who also performed the work again in 2020. The orchestral version has also been conducted by Pierre Bleuse in Toulouse in 2018 and by the Bucharest Symphony Orchestra during the 2019 George Enescu festival. 

Dedicated to my wife, the one-movement score is an allegory, a song of thanksgiving, translating into music the feeling of being every day in the presence of the beloved woman as in front of a "vast temporal field to be lived happily". This expression therefore represents our life, and the score is a simple thing to say, not without gravity and despite our tragedies, the grace of being alive and capable of love.

Started on a few dissonant chords, the piece opposes a very lyrical motif for strings and another more lively motif for woodwinds: that they represent lovers at first so different from each other and who will build their life together, or the moments of melancholy and the bursts of liveliness with which everyone has to compose their life, these motifs very gradually merge towards the same desire for harmony and eternity.

Création & reprises :

Mars 2015 par Pascal Rophé et l’Orchestre National des Pays de la Loire (8 concerts en France)

Juillet 2015 par Yasuaki Ikatura et le Tokyo Sinfonietta au Bunka Kaikan recital hall de Tokyo au Japon, diffusé par la radio N.H.K.

Mars 2018 par Pierre Bleuse et la Musika Orchestra Academy de l'Orchestre National du Capitole de Toulouse

Septembre 2019 par Nicolae Moldoveanu et l’Orchestre Symphonique de Bucarest dans le cadre du Festival George Enesco (Roumanie)

Juillet 2020 par Yasuaki Ikatura et le Tokyo Sinfonietta au Bunka Kaikan recital hall de Tokyo au Japon

Enregistrement : Audio sample on Soundcloud : https://soundcloud.com/eric-montalbetti

Full recording available on streaming @Spotify or on demand @iTunes/AppleMusic

Pascal Rophé
Tokyo Sinfonietta.jpg